La maison des morts l’encadrait comme un cloître Orné d’une seule petite plume défrisée, Je vous aime Sur nous l’eau se refermera A travers ce poème descriptif, Apollinaire établit le constat d'un automne transitoire au cours duquel la vie est menacée à cause de l'arrivée prochaine de la vie. A l’intérieur de ses vitrines Après que toute la troupe se fut embarquée Et me regardaient maintenant Au coeur de l'effervescence artistique de la Belle Époque, la poétesse Anna de Noailles fût la première femme à être reçue commandeur de la Légion d'honneur.... Ce son exceptionnel est l’un des plus anciens enregistrements français, la voix d’un homme né en 1823, qui est aussi l’un des penseurs les plus importants... Ecoutez la voix qu'on croyait perdue du poète érotique Pierre Louÿs, mort en 1925. Le ciel se peupla d’une apocalypse En attendant la sépulture, Soudain Agenouillé à ses pieds Apollinaire décrit extrêmement bien ce qu’il voit quand il est soul, on dirai que pour une fois les deux font bon ménage, … sa marche en-avant contre vents et marées, Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Apollinaire a trié et organisé ses poèmes pour en dégager des thématiques. « Nous serions si heureux ensemble Puis écoute le résultat, stupéfait par le son de sa voix. Voici le gage de mon amour Leur puissance leur richesse et leur génie Il est mort en 1918, et pourtant, nous avons aujourd'hui accès à la voix du grand poète : écoutez Guillaume Apollinaire interpréter son poème "Le Voyageur" en 1913, grâce aux "Archives de la parole" conservées à la Bibliothèque nationale de France. Ni le temps ni l’absence Le ciel et la terre perdirent Un soir, poème de Guillaume Apollinaire sur le thème : Mort. Fredonnant des airs militaires Que bien malin qui aurait pu Les regardaient comme leurs égaux J’étais entré pour la première fois et par hasard Mais vous pleurez et vos mains tremblent Que c’était à mourir de rire Et les morts m’accostèrent On s’éparpilla Un ange en diamant brisa toutes les vitrines Que les astres du firmament Bac 2020 : certains éléments biographiques de la vie d’Apollinaire (1880-1918) sont utiles pour la compréhension d’Alcools : son idylle en Rhénanie avec Annie Playden ; Paris et sa rencontre avec le peintre Marie Laurencin et le cercle avant-gardiste de Montparnasse et du Bateau-Lavoir de Montmartre composé notamment de Picasso, Derain et de Max Jacob. Au revoir . Introduction Adieu est un poème du recueil Poèmes à Lou dont la forme s’inscrit dans la recherche que fait Apollinaire pour rassembler tous les arts. Pour y acheter leur repas du soir, Bientôt je restai seul avec ces morts Savaient qu’un écho répondait de la rive Allait être mis en perce Laissait un étudiant De longs discours après le banquet Que les prenant en amitié, Tout à coup Il a un caractère évasif en ce sens qu’il ne laisse aucun lecteur indifférent face à la force que peut avoir les mots dans l’état d’esprit du lecteur. De lavande ou de romarin, Les musiciens s’en étant allés Et l’on n’a plus besoin de personne, ces 4 vers 1/2 sont des plus beaux de la poésie française. Et quelques morts ramaient A l’intérieur de ses vitrines. Une poésie orale Quelques années avant sa mort, juste avant la guerre, sa voix était Chantaient de ces rondes Ils ne se sont pour certains jamais connus, sinon par leurs oeuvres laissées à la postérité. Un beau sermon à l’église la bague était brisée Apollinaire Œuvres poétiques La Pléiade, Editions Gallimard, 1965 Recueil « Étendards » : - La petite auto (texte et calligramme) - À Nîmes À André Dupont : lettre du 1er février 1915 Poème à Lou : - … Repoussez repoussez cet amour défendu Apollinaire s’est donc inspiré de Brentano et de Heine dans son poème, qu’il a écrit en 1902 et publié en 1904, qui est situé au milieu du cycle des “Rhénanes”. Aucun de nous ne reviendra », on en arrive Apollinaire, Poèmes à Lou - Adieu « Adieu » est un poème du recueil Poèmes à Lou qu’écrivit Guillaume Apollinaire pour Louise de Coligny dont il fut séparé par son engagement dans la Première Guerre Mondiale. Et de sureau Marchaient à distances inégales Ces morts et ces mortes . On est fortifié pour la vie De la musique, Nos enfants La mort, l'amour la vie un poème de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard Plus sur ce poème >> Poème de Eugène Emile Paul Grindel, dit Paul Eluard (n° 305) Livres de … Ce poème d’Apollinaire décrit la réalité ambiante qui se vit chaque dans la société. Exposée et vêtue le mieux possible D’un corsage noir Immobiles Appel à la petite élite des artistes d’avant-garde : … Dans le poème « Zone », qui est également un véritable manifeste poétique qui exprime tout le programme que fixe Apollinaire à la poésie de l’avenir, le poète donne une très grande place à la religion catholique. Dans les glaciers de la mémoire Dans le poème Vendémiaire du recueil de poèmes Alcools, Guillaume apollinaire écrit : « Ecoutez-moi je suis le gosier de Paris Et je boirai encore s’il me plaît l’univers Ecoutez mes…. Celui que vous entendez dans cette vidéo, c'est le poète Guillaume Apollinaire lui-même, mort à 38 ans, en 1918, de la grippe espagnole. On se disait Voyez l’anneau qui brille De ce monde ou bien de l’autre Il pressent que la fusion entre oral et écrit peut ouvrir à une poésie nouvelle. Né sujet polonais, il se fait naturaliser en 1914 afin de pouvoir prendre part à … Au matin du 24 décembre 1913, Apollinaire récite devant l'appareil enregistreur prêté par l'industriel Pathé trois fragments de son recueil Alcools : "Le Pont Mirabeau", "Marie" et "Le Voyageur". C’était un bonheur inespéré Notre troupe diminua peu à peu Adieu est un poème … Séquence poésie : Apollinaire au baccalauréat de français Lecture du poème : Ma Lou je coucherai ce soir dans les tranchées Qui près de nos canons ont été piochées C'est à … Le site des Éternels Éclairs vous propose de lire quelques-un des plus beaux poèmes de Guillaume Apollinaire La Chanson du Mal-aimé À Paul Léautaud Et je chantais cette romance En 1903 sans savoir Que mon amour à la La connaissance des vers qui précèdent nous sidèrent: Dit la fiancée L’amour est mort entre tes bras Te souviens-tu de sa rencontre Il est mort tu la referas Il s’en revient à ta rencontre ... Ô ma jeunesse abandonnée Comme une guirlande … Mais il réside cependant, et c'est la raison dêtre de cette anthologie, un thème que chacun traita au cours de sa vie : celui du trépas. Dans leurs sifflets de viorne Avec autant de vigueur que les vivants, A l’avant du bateau que je gouvernais Ainsi le poète André Salmon, qui a participé à cette séance du 24 décembre avec Apollinaire, s'interroge-t-il en ces termes dans un article de Gil Blas : "La poésie va-t-elle, grâce à M. Brunot, connaître des jours nouveaux ? Dans le même dossier :A la recherche des voix perdues : écoutez Tolstoï, Apollinaire, Durkheim... Une dose quotidienne de culture et de savoirs. C’est le titre choisi à Auschwitz pour le livre qu’elle publiera, vingt ans après son retour, si elle revient, par Charlotte Delbo. Dix ans vingt ans s’il le faut A demain Et l’on n’a plus besoin de personne. Le poète Guillaume Apollinaire est mort de la grippe espagnole il y a tout juste cent ans, le 9 novembre 1918, deux jours avant l'armistice. Plus sur ce poème >> Poème de Guillaume Apollinaire (n 336) Livres de Guillaume Apollinaire Imprimer le poème - Autres poésie en rapport avec ce poème de Guillaume Apollinaire - Recherche Google livre Citations de Guillaume Apollinaire Voter pour ce poème | 817 votes Nous continuâmes la promenade, Au bord d’un lac Pareilles à celles des boutiques de modes Aux paroles absurdes et lyriques Il interprète lui-même deux de ses poèmes : "Pour le Tombeau de Jean... L'homme de la fameuse "Affaire" qui a ébranlé la France, vous ne pensiez pas un jour pouvoir entendre le grain de sa voix ? Les 16 poèmes de Annie. Participez dans les commentaires, nous ajouterons votre contribution. Dans ses poème … La tombe de Guillaume Apollinaire (1880-1918) au cimetière du Père Lachaise, division 86, présente un monument-menhir conçu par Picasso et financé par la vente aux enchères de deux œuvres de Matisse et Picasso le 21 juin Hélas! Toute votre vie Ces textes philosophiques engendrent tous les sentiments tragiques de douleur et de peine à lire et à partager lors d'un décès d'une personne proche, la mort d'une mère ou d'un père ou lors d'une simple pensée après le décès d'un(e) ami(e). Sous ses diversesmanifestations, la mort est un thème obsédant que l’on retrouve à toutes lesétapes de la composition d’Alcools. Comme d’avoir aimé un mort ou une morte On les détacha On ne se lassait point de l’interroger Dansèrent au son aigre des cithares, Ils n’avaient pas oublié la danse Mais les vivants en gardaient le souvenir Les amoureux s’entr’aimaient Guillaume Apollinaire Guillaume Apollinaire est un poète et écrivain français, né sujet polonais de l'Empire russe. Poète et écrivain français, il est particulièrement connu pour ses recueils Calligrammes et Alcools. Deux chevau-légers nous joignirent Engagé dans la Grande Guerre en 1914, envoyé sur le front en 1915, il est blessé par un éclat d’obus le 17 mars 1916 : Distinguer les morts des vivants, Puis dans la campagne Un mort parlait avec une jeune femme A l’annulaire de la jeune morte Chantaient des tyroliennes Répondait la vivante Auront meilleure odeur encore Il y eut des questions si extravagantes Lui parler de fiançailles, Je vous attendrai "La Loreley", Alcools, Apollinaire (Conclusion (Intérêt…: "La Loreley", Alcools, Apollinaire Raconte l'histoire d'une sorcière vampirique condamnée à vivre dans un couvent. Il a adopté la structure de la chanson de toile médiévale, bref récit On aura les œuvres complètes de Henri de Régnier en dix rouleaux, lorsqu’on parviendra à inscrire de plus longs poèmes sur des disques plus petits. Guillaume Apollinaire Quelques mots sur l'auteur : Poète et écrivain français né le 26 août 1880 à Rome, Guillaume Apollinaire est décédé le 9 novembre 1918 à Paris. Avec des cailloux plats Et de la musique Annonçait qu’un nouveau tonneau On buvait aussi Que la lumière de l’aurore Faisait l’effet d’un fantôme, Les enfants déchiraient l’air L'eau qui coule représente la fuite du De nos fiançailles Au cimetière Dont ils firent des sifflets Ami lecteur, l'anthologie que tu t'apprêtes à lire regroupe des auteurs de différentes époques, de différentes moeurs et de différents contextes historiques. Les yeux ses rallumèrent De voir leurs corps trépassés entre eux et la lumière Femmes et enfants A se confondre avec le souvenir Ecoutez l'enregistrement d'Apollinaire sur Gallica et des dossiers consacrés aux Archives de la parole : Coffret Guillaume ApollinaireGuillaume ApollinaireGallimard, 2018. Tous étaient si gais Je suis mariée Les champs obligatoires sont indiqués avec *. Voie lactée ô soeur lumineuse, poème de Guillaume Apollinaire sur le thème : Divers. On devient si pur qu’on en arrive Et si certain Comme l'indique Pascal Cordereix, spécialiste du fonds des Archives de la parole à la Bibliothèque nationale de France, cette expérience de poésie enregistrée pousse les poètes présents à s'interroger sur l'avenir du livre et du disque, dans une "utopie techniciste" partagée par la petite assemblée. Couchés Sous les Arcades Et les vivants Dans la montagne, Dans la ville Admiraient maintenant Merci au service Son du département de l’Audiovisuel, BnF et au Service de la coopération numérique et de Gallica, BnF. Je les reconnus Sur nous l’eau se refermera Une morte assise sur un banc La vie est variable aussi bien que l’Euripe. Car y a-t-il rien qui vous élève Nous quittâmes le cimetière, Nous traversâmes la ville Disait-il Sur l’eau qui dansait à peine, Des barques étaient amarrées Le 9 novembre 2018, nous fêtons le centenaire de la mort de Guillaume Apollinaire. Archives de la Parole, conservation : BnF, Département de l’Audiovisuel, service Son ; source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France. Il éprouve un mélange de malaise et de fascination face aux progrès de la modernité, une ambiguïté par ailleurs au cœur de nombreux de ses poèmes, dont Le Voyageur. 3. Apollinaire associe aussi le printemps à l'idée de la mort : dans le poème Mai le poète parle de larme ruine etc La fuite du temps : La fuite du temps est aussi associé au thème de la mort. Les couples mains sur les épaules Quelques-uns nous quittèrent Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. i etrouve toutes nos séquences sur le site Poèmes à Lou www.cercle-enseignement.com Guillaume Apollinaire 4 Séance LSSS S T P I. Pour guider votre analyse 1. Oui tous vos péchés sont absous Rapide comme ma mémoire Des mortes Des parents des amis qui se joignaient Guillaume Apollinaire. S’étendant sur les côtés du cimetière Hélas! Et le mort disait à la vivante, Nous serions si heureux ensemble Dans la Haute-Rue à Cologne Elle allait Leur voix est captée lors de séances poétiques orchestrées par le “prince des poètes”, Paul Fort, et par Jean Royère, poète et éditeur de la revue La Phalange. Et vous, quelles sont les poèmes ou les textes qui vous touchent ? ", Ouvrez-moi cette porte où je frappe en pleurant, La vie est variable aussi bien que l’Euripe, Avec le paquebot orphelin vers les fièvres futures, Et de tous ces regrets de tous ces repentirs, Un soir je descendis dans une auberge triste, Dans le fond de la salle il s’envolait un Christ, Te souviens-tu du long orphelinat des gares, Nous traversâmes des villes qui tout le jour tournaient, Et vomissaient la nuit le soleil des journées, Ô matelots ô femmes sombres et vous mes compagnons, Deux matelots qui ne s’étaient jamais quittés, Deux matelots qui ne s’étaient jamais parlé, Le plus jeune en mourant tomba sur le côté, Sonneries électriques des gares chant des moissonneuses, Traîneau d’un boucher régiment des rues sans nombre, Cavalerie des ponts nuits livides de l’alcool, Les villes que j’ai vues vivaient comme des folles, Te souviens-tu des banlieues et du troupeau plaintif des paysages, Les cyprès projetaient sous la lune leurs ombres, Et le bruit éternel d’un fleuve large et sombre, Mais tandis que mourants roulaient vers l’estuaire, Tous les regards tous les regards de tous les yeux, Les bords étaient déserts herbus silencieux, Et la montagne à l’autre rive était très claire, Alors sans bruit sans qu’on pût voir rien de vivant, Contre le mont passèrent des ombres vivaces, De profil ou soudain tournant leurs vagues faces, Et tenant l’ombre de leurs lances en avant, Les ombres contre le mont perpendiculaire, Grandissaient ou parfois s’abaissaient brusquement, Et ces ombres barbues pleuraient humainement, En glissant pas à pas sur la montagne claire, Qui donc reconnais-tu sur ces vieilles photographies, Te souviens-tu du jour où une abeille tomba dans le feu, C’était tu t’en souviens à la fin de l’été, Le plus jeune mettait ses cheveux blonds en tresse.