La théologie de ces Églises considère que tout discours réputé définitif sur les sentiments intérieurs à Dieu heurte la transcendance que lui reconnaissent les trois monothéismes. Pingback: Pourquoi la trinité reste incompréhensible mais possible en même temps ? Les enseignements qui ont donné naissance à la Trinité ont commencé à être officiellement énoncés en 325, soit deux bons siècles plus tard, lors d’un concile tenu à Nicée en Asie Mineure (aujourd’hui Iznik, en Turquie). 7 août 2018 - Explorez le tableau « Trinité » de L M, auquel 560 utilisateurs de Pinterest sont abonnés. Paul reprend la confession de foi d’Israël «Le Seigneur notre Dieu est le seul Seigneur». Sa révélation la plus fondamentale est donnée par les faits plutôt que par les mots. », Par la suite, toutefois, « le terme de "fils" ne désigne plus directement Jésus de Nazareth pris concrètement, mais le Logos[7], de Dieu considéré en son éternité, avant l'Incarnation, et indépendamment de l'incarnation. ), en Afrique romaine ainsi que dans les églises orientales. Une analyse de la Trinité est proposée par Hegel[41] sous l'angle de la philosophie de la perception. Dans la chrétienté grecque, on estime que l'Esprit procède du Père seul, « par le Fils », ce qui est affirmé d'abord par Maxime le Confesseur, ensuite, nettement, par Jean Damascène puis par la profession de foi du patriarche Taraise de Constantinople au deuxième concile de Nicée en 787. La Trinité est Une : nous ne croyons pas en trois dieux, mais en un seul Dieu en trois personnes : le Père, le Fils et l’ Esprit Saint. Le Saint-Esprit procède du Père et du Fils, ou encore du Père par le Fils, comme d’un seul et même principe, en tant qu’ils sont un seul Dieu[43]. Un symbole baptismal du IIIe siècle, en grec, indique : « Je crois en Dieu le père tout-puissant et dans le Christ Jésus, son fils, son unique, notre Seigneur, engendré de l'Esprit saint et de la vierge Marie, qui sous Ponce Pilate a été crucifié, a été mis au tombeau, et le troisième jour s'est relevé des morts, qui est monté aux cieux, et qui s'est assis à la droite du père, d'où il viendra juger les vivants et les morts. "J'ai du mal avec toute explication qui compare chaque personne de la Trinité à une Partie de Dieu", écrit un lecteur. « Allah ne pardonne pas qu’on lui associe [d’autres dieux] » (sourate 4, verset 48). Mais les trois personnes divines y sont nommées, y agissent et s’y manifestent, à la fois dans leur distinction et dans leur unité, dans divers passages, notamment dans l’Évangile selon Matthieu et dans la deuxième épître aux Corinthiens[5]. Voir le tableau récapitulatif de ces débats en Jean Devriendt. La doctrine de la Trinité a provoqué bien des divisions dans toute l'histoire de l'Église chrétienne. La première déclaration de l'Église au sujet de Dieu se trouve dans le symbole de Nicée-Constantinople. Pourquoi croyez- vous à la Trinité ? Je ne prends pas position ici sur la manière ou la durée de la création du monde. Le Père est « celui qui est éternel » (Eloah/Elohim) (אלהים) ou YHWH (souvent rendu en français par « le Seigneur » ou « l'Éternel », et au Moyen-Âge par la transcription erronée Jéhovah puis jusqu'au XXe siècle par la transcription Yahweh ou Yahvé), comme il ressort du passage du Livre de l'Exode où est révélé le Nom divin[9]. Pourquoi dit-on que Dieu est « Père, Fils et Saint-Esprit » ? Homme politique et fier combattant, ce dernier avait battu les troupes françaises du maréchal de Villars lors de la bataille de Malplaquet, en 1709. », « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était tourné vers Dieu, et le Verbe était Dieu. « À cause de cette unité, le Père est tout entier dans le Fils, tout entier dans le Saint-Esprit ; le Fils est tout entier dans le Père, tout entier dans le Saint-Esprit ; le Saint-Esprit tout entier dans le Père, tout entier dans le Fils ». Les trois faces en un seul personnage tricéphale (surmontant un diagramme triangulaire explicite) : Missel à l'usage de Langres, Chaumont 1517. Il y a également des situations où «l’Ange de l’Éternel» apparaît, mais où c’est ensuite Dieu lui-même qui parle7. Michael Williams, The teaching of Gilbert Porreta on the Trinity, Analecta Gregoriana, vol LVI, séries Facultatis Theologicæ, sectio B (n.23), Rome, 1951. Comment prier la Trinité? L’Église des premiers siècles est multiple. »[18], Paul de Tarse, dans ses épîtres, dit que Jésus est Seigneur, Κυριος, Kurios, mot employé pour Dieu dans la Septante, où il traduit le Tétragramme יהוה, YHWH, et dans le Nouveau Testament. En parlant de créateur, je veux dire que Dieu est à l’origine du monde et a conçu tout son fonctionnement. Nous savons seulement que les réalités créées que nous appelons de ces noms sont des analogies de ce qui est réalisé à l'Infini en Dieu[22]. Le terme Trinitas (= tri + unitas) est forgé en latin par Tertullien (155-220). Giorgio Vasari a amplement décrit la fresque en 1568, dans la seconde édition des Vies. Mais pour comprendre les raisons chrétiennes de la foi en la Trinité, je vous demanderai de «faire comme si» pendant un moment. », « L’Église utilise le terme « substance » (rendu aussi parfois par « essence » ou par « nature ») pour désigner l’être divin dans son unité, le terme « personne » ou « hypostase » pour désigner le Père, le Fils et le Saint-Esprit dans leur distinction réelle entre eux, le terme « relation » pour désigner le fait que leur distinction réside dans la référence des uns aux autres. Il ne tire son origine de personne ; de lui le Fils reçoit sa naissance et le Saint Esprit sa procession », que « le Fils est né de la substance du Père sans avoir eu de commencement, avant les siècles, et cependant il n’a pas été fait », et enfin que l'Esprit « est Dieu, un et égal au Père et au Fils, de même substance et aussi de même nature. Page proposée par TopChrétien.com. Est-ce réellement essentiel de croire à la pleine divinité du Fils et du Saint-Esprit? Nous ne confessons pas trois dieux, mais un seul Dieu en trois hypostases : « la Trinité consubstantielle ». » Concernant les propositions que comprend la doctrine trinitaire, Marie-Joseph Nicolas précise : « il faudrait en effet pour les concilier entre elles comprendre comment se réalisent en Dieu la notion de Père, de Fils, d'Esprit, de relation, de Verbe, d'Amour, de Personne, et même d'être. PENDANT des siècles, des millions d’hommes ont cru à la doctrine de la trinité, qui enseigne que “ dans le Dieu unique il y a Trois Personnes, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, ces Trois Personnes étant effectivement distinctes l’une de l’autre. Allez [donc], faites de toutes les nations des disciples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et enseignez-leur à mettre en pratique tout ce que je vous ai prescrit. L'Apocalypse donne à Jésus les titres divins de l'Ancien Testament : « Je suis l'alpha et l'oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout-Puissant. C'est l'un des principaux mystères de la foi, avec l'Incarnation et la Résurrection. Il ne tire son origine de personne ; de lui le Fils reçoit sa naissance et le Saint Esprit sa procession », « le Fils est né de la substance du Père sans avoir eu de commencement, avant les siècles, et cependant il n’a pas été fait », « est Dieu, un et égal au Père et au Fils, de même substance et aussi de même nature. sont d'avis que, le mot n'apparaissant pas, il s'ensuit que la Trinité n'est pas dans le Nouveau Testament (du moins si l'on exclut le Comma Johanneum). Pourquoi Jésus est-il venu sur terre ? Mais ce n’estpas tout ce qu’elle nous révèle de Lui. Les principales personnalités engagées dans ce débat étaient présentes, dont Arius, Eusèbe de Nicomédie qui lui était favorable, Eusèbe de Césarée, modéré, Alexandre d'Alexandrie (accompagné d'Athanase d'Alexandrie comme secrétaire) qui s'opposait à lui, de même que, de façon intransigeante, Eustathe d'Antioche et Marcel d'Ancyre. Une représentation schématique de la Trinité. Paul utilise souvent des formules trinitaires, comme dans le deuxième épître aux Corinthiens 13:13, qui associent les trois personnes divines[19]: « Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l'amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous! Enc. Il est donc lui-même source et origine de toute la divinité ; il est aussi le Père de sa propre essence et, de son ineffable substance, il a engendré ineffablement le Fils ; et cependant il n’a pas engendré autre chose que ce qu’il est lui-même : Dieu a engendré Dieu, la lumière, la lumière. Il y a par exemple un épisode où Dieu apparaît à Abraham sous la forme de trois visiteurs6. Dans cet Être divin unique, il existe trois personnes ou existences individuelles : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. À la suite de Basile de Césarée, s'imposera la formule : « une seule ousia en trois hypostases ». La première révélation de la Trinité est implicite et privée, au seul profit de Marie, lors de l’Annonciation par la voix de l’ange Gabriel : « Le Saint Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. La doctrine du tawhid (l’unicité d’Allah) est la première partie de la chahâdah : Lâ ilâha illa Allah (il n’y a point de divinité en dehors d’Alla… La conception que l’on a appelé «Trinité» est donc la conséquence logique de ce que la Bible montre sur la divinité de Jésus et sur le fait que l’Esprit de Dieu est une personne à part entière. « Ni le mot Trinité, ni la doctrine explicite de la Trinité n'apparaissent dans le Nouveau Testament ; Jésus et ses disciples n'avaient pas l'intention de contredire le Chema de l'Ancien Testament, savoir : « Écoute, Israël! En Dieu tout est un en dehors des relations d'opposition. Elles possèdent l’unique nature divine et c’est la divinité entière et indivisible qui est en chacune des personnes, dans le Père, dans le Fils et dans l’Esprit. La Bible nous apprend bien des véritésprécieuses touchant Dieu, sa nature, ses perfections et son Être. Puisque la divinité du Créateur reluit dans ses œuvres (Rm 1.20), puisque les créatures reflètent […] La Bible, pour le théologien protestant Louis Berkhof (en) (1873-1957), « ne traite jamais de la doctrine de la Trinité comme d’une vérité abstraite, mais révèle la vie trinitaire dans ses diverses relations comme une réalité vivante, en rapport, en général, avec les œuvres de création et de providence et, en particulier, avec l’œuvre de rédemption. Dans les questions 27 à 43 de la Somme théologique (appelées, peut-être improprement, traité De Deo trino : du Dieu trine)[38] Thomas d'Aquin a résumé ainsi la foi trinitaire en posant qu’on pouvait distinguer : On peut considérer aussi qu'en Dieu il y a deux actes notionnels : l'acte de connaissance qui constitue le Fils et l'acte de volonté qui constitue l'Esprit. L'énoncé du dogme de la Trinité se présente, selon la doctrine chrétienne, comme la conséquence de la façon dont Dieu a révélé son mystère : ayant d'abord révélé au peuple juif son existence et son unicité, ce dont l'Ancien Testament se fait l'écho, il se révèle ensuite comme Père, Fils et Saint-Esprit par l'envoi du Fils et du Saint-Esprit, ce dont le Nouveau Testament se fait l'écho. Mon Père m’a tout donné, et personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père ; personne non plus ne connaît le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler10«. ». Les évangéliques adhèrent au Symbole de Nicée-Constantinople adopté au premier concile de Constantinople, qui résume l’essentiel de la foi chrétienne et de la trinité [49]. Le judaïsme vénère un Dieu unique sous la forme d'une seule et même personne, même si certaines de ses appellations sont au pluriel, comme Adonaï ou Elohim[10]. Le Fils est donc Dieu issu du Père, mais le Père n’est pas Dieu issu du Fils. Il n'y a jamais eu de moment où l'une des personnes de la Trinité n'aurait pas existé. », « Mais [Dieu le Père] a dit au Fils : Ton trône, ô Dieu est éternel ; le sceptre de ton règne est un sceptre d'équité », « Je vous donne une seule Divinité et Puissance, existant Une dans les Trois, et contenant les Trois d’une manière distincte. Selon Louis Berkhof, cette doctrine comprend les affirmations suivantes : Dans l'Église orthodoxe, les fidèles adorent le Père, le Fils et le Saint-Esprit - la Sainte Trinité, le Dieu unique. Elle trouve son expression dans la règle de la foi baptismale, formulée dans la prédication, la catéchèse et la prière de l’Église. Le Père est Dieu, le Fils est Dieu et le Saint-Esprit est Dieu, mais il n'y a qu'un seul Dieu. Une fois que l’on a admis que Jésus et le Père sont un seul Dieu ensemble, la chose la plus logique à faire concernant l’Esprit est de l’inclure dans la même dynamique. De même, un des buts avoués de Dieu dans sa révélation est que l’humanité comprenne qu’il n’y a qu’un Dieu, que seul Dieu est Dieu. L’Être divin est constitué d’une seule essence indivisible (ousia, essentia). Il est question de l’Esprit de Dieu (ou Esprit Saint, ou Saint-Esprit) dès les premières pages de l’Ancien Testament12. Or, les mots grecs «moi je suis» (ἔγω εἰμι pour les puristes ; parfois rendu par «c’est moi») sont exactement les mêmes que «c’est moi » dans la citation d’Ésaïe plus haut (si on en consulte la traduction grecque). L'énoncé du dogme de la Trinité se présente, selon la doctrine chrétienne, comme la conséquence de la façon dont Dieu a révélé son mystère : ayant d'abord révélé au peuple juif son existence et son unicité, ce dont l'Ancien Testament se fait l'écho, il se révèle ensuite comme Père, Fils et Saint-Esprit par l'envoi du Fils et du Saint-Esprit, ce dont le Nouveau Testament se fait l'écho. Réponse Catholique 83 - Comprendre la Sainte Trinité Une courte, claire et concise explication qui permet de comprendre la Sainte Trinité. Pourquoi les évangéliques veulent-ils convertir le monde ? Au début du IVe siècle, le prêtre alexandrin Arius, affirme que le Fils n'était qu'une simple créature, ayant eu un commencement dans le temps, ce qui provoque l'opposition de ses adversaires, pour qui le Christ existe de toute éternité. Il en résulte que le débat théologique continue, ouvrant des perspectives à des théologies chrétiennes non chalcédoniennes. Oui, cela est essentiel, car cet enseignement a des implications qui touchent au cœur même de la foi chrétienne. L’Esprit de Dieu appartient forcément à la sphère divine : c’est toujours Dieu qui agit par son Esprit. Ce Dieu s’est fait connaître en particulier au peuple juif, dans ce qui est pour eux la Loi et les Prophètes, et pour les chrétiens l’Ancien Testament. On les voit aussi, dans l'. La mention la plus explicite des personnes divines se trouve dans la finale de l’Évangile selon Matthieu « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Ce fut l'une des causes du Grand Schisme en 1054 et continue d'être une difficulté entre les Églises d'Orient et d'Occident malgré les tentatives d'union. Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Chacune des trois personnes est Dieu tout entier. Quant à l'appropriation, elle consiste à attribuer à une seule Personne une propriété (par exemple la création attribuée au Père) qui est en réalité commune aux trois Personnes divines. » Cette semaine, l’abbé Pierre Amar répond en 3 mn à la question de Florian, 21 ans : « Je suis agnostique. Il est surtout représenté par des symboles : la colombe, la tempête, le feu. Cette formule servait à exprimer la divinité de Dieu, contre toutes prétentions des autres divinités prétendues, or Jésus se l’attribue. Comprendre l’étonnante trinité chez Clausewitz, et pourquoi le maître décrit la guerre comme un caméléon, en moins de 5 minutes Publié le 20 septembre 2020 par Les armes et la toge Dans le premier chapitre du livre Un de De la Guerre , Carl von Clausewitz analyse la guerre pour en élaborer une théorie unique qui parviendrait à expliquer la diversité de ses formes. Le premier concile de Constantinople (381), « Si, comme c'est le cas dans tous les écrits du Nouveau Testament — sans exception — le terme, « le terme de "fils" ne désigne plus directement Jésus de Nazareth pris concrètement, mais le, « ne traite jamais de la doctrine de la Trinité comme d’une vérité abstraite, mais révèle la vie trinitaire dans ses diverses relations comme une réalité vivante, en rapport, en général, avec les œuvres de création et de providence et, en particulier, avec l’œuvre de rédemption. Le mot « Trinité » ne figure pas dans le Nouveau Testament. L’une des conséquences de la Trinité est que Dieu est un Dieu d’amour et de relation depuis toujours : l’amour est présent en Dieu, entre Père, Fils et Saint-Esprit, depuis toujours et pour toujours. Ce terme est introduit à la fin du VIe siècle, de même que dans le symbole d'Athanase (dont l'attribution est incertaine). A l’évocation de cette expression, l’air enjoué de Malbrough s’en va-t-en guerre (Mironton mironton mirontaine…) vient tout de suite en tête ! Pourtant, Jésus s’identifie au Dieu de l’Ancien Testament, qui est très clairement un Dieu unique et le seul Dieu qui soit. Plusieurs de leurs explications défient simplement la logique, et elles sont ambigues, de sorte qu’elles sont difficiles à lire! ’ L’emploi de ce terme « consubstantiel » ne figure pas dans les Saintes Écritures et ne fut accepté que sous la contrainte par de nombreux évêques orientaux. Il n’est cependant ni engendré ni créé, mais il procède de l’un et de l’autre, il est l’Esprit de tous les deux », Walter A. Elwell, Evangelical Dictionary of Theology, Baker Academic, USA, 2001, p. 502-503, « L’empereur Constantin, qui venait de réunir sous son unique pouvoir l’ensemble du monde romain, convoqua à Nicée, en 325, un concile général afin de fixer les termes mêmes du dogme de la Trinité et de définir la divinité du Fils : engendré par le Père, vrai Dieu né du vrai Dieu, il lui est consubstantiel. La seule solution pour garder ces éléments ensemble, c’est d’intégrer le Père et le Fils dans l’identité du Dieu unique. Car notre Seigneur Jésus ne dispute point ici de l’unité de la substance, mais de l’accord ou du consentement qu’il a avec son père. De l'épicerie salée à l'épicerie sucrée, faites vous plaisir ! C’est pour faire face à des hérésies qu’une doctrine cohérente et … L'iconographie chrétienne utilise plusieurs modes de symbolisation de la Sainte Trinité. », « Au cours des premiers siècles, l’Église a cherché de formuler plus explicitement sa foi trinitaire tant pour approfondir sa propre intelligence de la foi que pour la défendre contre des erreurs qui la déformaient. Tout fut par lui, et rien de ce qui fut, ne fut sans lui, « Les docteurs anciens ont grandement abusé de ce passage pour prouver que Jésus-Christ est d’une même essence que son Père. deux processions : la génération (du Fils) et la spiration (du Saint Esprit), et deux actes notionnels : l'acte de connaissance qui constitue le Fils et l'acte de volonté qui constitue l'Esprit ; trois personnes : le Père, le Fils et le Saint Esprit ; quatre relations : la paternité, la filiation, la spiration active (du Père et du Fils à l'Esprit) et la spiration passive (de l'Esprit au Père et au Fils) ; cinq propriétés : l'innascibilité (du Père) ; la paternité (du Père) ; la filiation (du Fils) ; la spiration active (par le Père et le Fils) ; la procession passive (du Saint Esprit). Ces courants comme ces Églises ne se jugent pas moins chrétiens que les Églises confessantes ou professantes, où l'adhésion à une confession de foi est indispensable. LA Bible a été achevée au I er siècle de notre ère. », « La formulation « un Dieu en trois personnes » a été établie et pleinement intégrée à la vie chrétienne et à sa profession de foi à la fin du. La doctrine de la Trinité exclut à la fois le trithéisme (trois dieux) ; le modalisme (Père, Fils et Saint-Esprit ne sont que les modes de présentation du Dieu unique, non pas des personnes distinctes) et les doctrines qui nient la divinité du Fils ou de l'Esprit-Saint (ainsi l'ébionisme, l'arianisme, le macédonisme). C’est par exemple le cas dans cette parole du prophète Ésaïe : Et hors de moi, il n’y a point de sauveur5. Les écrits des Pères de l'Église : Clément d'Alexandrie, Justin de Naplouse, Irénée de Lyon, Tertullien, Origène, Eusèbe de Césarée, Jérôme de Stridon, témoignent des débats — parfois très vifs — qui traversent l'église des premiers siècles. Ces représentations lorsqu'elles figurent trois hommes sont dites triandriques. Il n’est cependant ni engendré ni créé, mais il procède de l’un et de l’autre, il est l’Esprit de tous les deux. ». L’association est le plus grand crime pour le musulman, c’est même d’après la sunna un des péchés irrémissibles. A la recherche d'un cadeau gourmand ? La similitude sert de passerelle à l’esprit quand il doit accéder aux choses nouvelles. Le Fils, le Verbe ou la Parole de Dieu (Jésus-Christ), identifié comme celui qui était avec Dieu, est celui par qui le Père a créé le ciel, la terre et toute chose. La Trinitaine vous propose de faire le plein de douceurs : palets et galettes bretonnes, caramels au beurre salé, paniers garnis, etc. La confession de foi fondamentale d’Israël est la suivante: De même, un des buts avoués de Dieu dans sa r… Les trois faces sont représentées dans les cieux souvent accompagnés de figures saintes qu'ils surplombent. Dans le christianisme, la Trinité (ou Sainte Trinité) est le Dieu unique en trois personnes : le Père, le Fils et le Saint-Esprit, égaux, participant d'une même essence divine et pourtant fondamentalement distincts. », « La vérité révélée de la Sainte Trinité a été dès les origines à la racine de la foi vivante de l’Église, principalement au moyen du baptême. De telles formulations se trouvent déjà dans les écrits apostoliques, ainsi cette salutation, reprise dans la liturgie eucharistique du rite romain : « La grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu le Père et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous ». Les champs obligatoires sont indiqués avec *. Entre les trois personnes divines il existe une distinction réelle, qui se fonde sur les relations mutuelles que ces personnes entretiennent entre elles. ». Au XVIe siècle, pour avoir nié cet article, Michel Servet a été envoyé au bûcher, dans la Genève de Jean Calvin. C'est pourquoi l'enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu », « Et le Saint Esprit descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe. « C'est une voûte en berceau, tracée en perspective, et divisée en caissons ornés de rosaces qui vont en diminuant, de sorte qu'on dirait que la voûte s'enfonce dans le mur. Ce Dieu s’est fait connaître en particulier au peuple juif, dans ce qui est pour eux la Loi et les Prophètes, et pour les chrétiens l’Ancien Testament. « Mais [Dieu le Père] a dit au Fils : Ton trône, ô Dieu est éternel ; le sceptre de ton règne est un sceptre d'équité ». Je vais plutôt donner une idée des raisons qui pour lesquelles les chrétiens y ont cru et y croient encore. Dans la déclaration d'Irénée, il est bien difficile de percevoir une unité des trois personnes divines. Pour comprendre les relations réciproques entre les personnes de la Trinité, il fallait encore résoudre la question de la nature du Saint Esprit. Quand il les En composition symbolique ou géométrique. », « J'ai vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe et s'arrêter sur lui. Les Églises protestantes sont trinitaires ainsi qu'en témoignent l'article premier de la confession d'Augsbourg (luthérienne[44]), l'article 6 de la confession de La Rochelle (réformée) ou le premier des trente-neuf articles de l'Église anglicane. La majorité des églises chrétiennes croient en la trinité exprimée dans le symbole de Nicée, notamment l'Église catholique et les Églises du Conseil œcuménique des Églises, qui regroupe comme membres pléniers tous les mouvements chrétiens issus des Réformes et de la Panorthodoxie reconnus comme « Églises chrétiennes » [42]. Ce mot «Trinité» n’apparaît pas dans la Bible, mais c’est un terme commode pour désigner cette conception de Dieu. L'expression ne figure pas dans le Nouveau Testament ; mais les trois personnes divines y sont clairement nommées, y agissent et s’y manifestent, à la fois dans leur distinction et dans leur unité (ajout ultérieur, selon l'exégèse). « J'ai vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe et s'arrêter sur lui. Dieu est le père de tous les êtres, parce qu'il est le Créateur. nécessaire]. Dans les évangiles canoniques, le Saint-Esprit, ou Esprit, est nommé en grec Πνεῦμα / Pneuma, ce qui signifie souffle ; il est aussi appelé (uniquement dans l'Evangile de saint Jean) Παράκλητος / Paraclet, ce qui signifie « avocat, intercesseur »[12]. La vocation à la communauté est la trace de la Trinité dans l’homme et « Tu vois la Trinité quand tu vois l’amour » (Saint Augustin) que le pape émérite Benoît XVI explique ainsi: « En effet, l’Esprit est la puissance intérieure qui met leur cœur au diapason du cœur du Christ, et qui les pousse à aimer leurs frères comme Lui les a aimés » (Lett. Voilà un point de départ de la doctrine de la Trinité. » Les premiers chrétiens, cependant, ont dû faire face aux conséquences de la venue de Jésus Christ et de la présence présumée de la puissance de Dieu parmi eux (le Saint-Esprit, qui est venu à la Pentecôte). Dans cet article, je ne vais pas chercher à répondre à chaque objection contre la doctrine de la Trinité. Le Ier concile œcuménique se réunit à Nicée en 325 pour statuer au sujet de l'arianisme[24]. Comprendre la trinité. L’Eglise primitive a fait l’expérience de Dieu en tant que Père, fils et Esprit Saint. Tous les lecteurs n’admettent pas cette base. OUI je le souhaite NON mais j'ai une quesion Évangile selon Jean, chapitre 20, versets 24 à 29, Pourquoi la trinité reste incompréhensible mais possible en même temps ? Les luttes sont sévères entre les marcionistes, les Valentiniens et les partisans de Justin de Naplouse. La confession de foi fondamentale d’Israël est la suivante : Écoute, peuple d’Israël : Le Seigneur notre Dieu est le seul Seigneur4. Toute l’humanité dépend de l’autorité du Dieu unique, créateur de la terre et des cieux3. Le Fils est cependant égal en toutes choses à Dieu, le Père, parce qu’il n’a jamais commencé ni cessé de naître. Essayer de comprendre l'engendrement ou la procession conduit à la folie, dit le saint Grégoire le Théologien ; c'est ainsi que l'Eglise approche le mystère divin d'une manière apophatique, en se contentant de rencontrer Dieu personnellement tout en ayant conscience de l'incapacité de l'esprit humain à Le comprendre.