Parlons d’abord de la réalisation de Matthew Vaughn, et pour le coup il n’y a pas à dire, cet homme sait manier la caméra et donner du relief au monde de l’espionnage en costume trois pièces mélangé avec un style racaille de banlieue avec notre héros Gary Price et notre antagoniste Richmond Valentine. (Distance is 2 miles or an approximate 8-minute ride. Sans enter dans les détails, on ne compte plus les rebondissements et surprises délivrées par cette histoire ahurissante, totalement désopilante et déjantée, jusqu'à la folie et même dans un lieu religieux... Un bon moment de détente, action, humour..... on ne s'ennui pas. Une excellente surprise. Rien, pas un brin de scénario qui n'irait pas, pas une incohérence que j'ai relevée. Lire ses 260 critiques, Suivre son activité Vous aurez la réponse en regardant "Kingsman : Services secrets". Mieux, encore, il les rend comiques. Donc, après un trajet en voiture plus long que d’habitude pour un cinéma plus lointain, j’étais assez motivé pour voir au cinéma une version vraiment déjanté d’un film d’espionnage. ne serait-ce que la mort du père d’Eggsy car il faut lui donner un but et une raison pour devenir un agent secret au service du Kingsman et un lien qui lui permet de respecter son professeur, si l’on peut dire ainsi. Lire ses 748 critiques, Suivre son activité These two elite secret organisations must band together to defeat a common enemy. Premièrement, "Kingsman" est une véritable lettre d'amour de son réalisateur aux bons vieux James Bond (sans doute des films qui l'ont beaucoup inspiré). Recrutement | Au départ, je n'étais pas bien enthousiaste à l'idée de voir ce "Kingsman". Un film vraiment très sympa à suivre, complètement jouissif et drôle bénéficiant d'un humour très plaisant. En d'autre mot, R.Valentine serait en quelque sorte un imposteur tentant de se faire passer pour Dieu en décidant qui a le droit de vie et de mort (il y a aussi la référence à l'arche de Noé dans son discours à la fin avec lequel on fait immédiatement le parallèle). Mais quel sale gosse talentueux ce Matthew Vaughn ! Appréhendez Kingsman, et bah c’est compliqué. Si sur la forme le film fonctionne très bien offrant des scènes folles à un rythme bien maitrisé, le réalisateur faisant preuve d’une inventivité rare même dans un James Bond. Eh bah moi, à partir du moment où la démesure n’a pas été synonyme de manque de rigueur, je m’y suis retrouvé complètement. Le personnage de Colin Firth perd aussi beaucoup de sa superbe. Je serai tenté de dire oui, mais non (ce n’est pas ce genre de films). Mais alors là, et je vous le dis haut et fort, j’ai eu largement plus que ce que j’espérais. Le visuel du film est aussi l'un de ses points forts, l'atmosphère possède une vraie identité, un vrai brin de folie. Même le personnage principal s'en sort bien, il n'en fait pas trop, tu sens qu'il s’éclate, surtout vers la fin. Nan je m’attarderais plutôt sur le fait que leur entrainement ne correspond en rien aux capacités surhumaines qu’ils y acquièrent, que la lourdeur de certains sketchs (en particulier ceux axés sur la sexualité…) est vraiment dommageable, ou encore qu’au final bah les personnages ne vivent pas des trucs si horribles que ça… Oui il y a des morts, mais rien de VRAIMENT traumatisant, ce qui aurait été fortement apprécié, histoire qu’il y ait un peu de profondeur et d’impact aux actions des héros. Une belle claque ! Et pour y réussir, l’esprit Kingsman à tous niveaux est très bien représenté et mis en scène par Galahad, interprété par Taron Egerton dont rien que l’allure en soi est déjà un plaisir ! Pick-up service policies (hours of availability, allowable pick-up distance, etc.) On mettra pourtant un autre bémol, cette fois sur le côté "sexy" qui frôle ici souvent le mauvais goût. Kingsman : Le Cercle d'or est un film réalisé par Matthew Vaughn avec Taron Egerton, Colin Firth. Le personnage est clairement moins efficace que la comédienne Sofia Boutella, qui possède cette fois un bras mécanique ! Lire ses 320 critiques, Suivre son activité Je me suis régalé comme jamais. Ex. Lui même inspiré d'un comics, "Kingsman" surprend par son ton, souvent amusé, et sa violence, qui tranche complètement avec son aspect comique. Autant être honnête, dés que j’avais entendu parler du prochain film de Matthew Vaughn, j’en attendais simplement un divertissement pop corn, rien de plus. Et grande bonne nouvelle, c'est pareil pour Kingsman !! Verdict : J'avais découvert pour la première fois Kingsman l'année dernière, mais...je ne sais pour quelle(s) raison(s), le film ne m'avait que diverti mais sans plus, j'étais sans doute passé à côté du "pourquoi" en question du flot d'éloges que le film avait reçu à sa sortie, un peu comme ce fut le cas avec "Les Gardiens de la Galaxie" (2014) que j'avais aimé mais sans plus la première fois avant d'adoré la seconde. L'humour est au second, voire troisième degré mais toujours d'une finesse dans les propos et remarques des héros, qu'on aimerait même réécouter les dialogues avec plaisir ! Certains reprocheront à ce deuxième opus de s'éloigner de l'esprit "British" du premier, mais pour ma part j'ai pris un réel plaisir à le visionner tant c'est loufoque (sans en faire trop), très bien réalisé et surtout magnifiquement filmé. Post navigation [Critique] Les Grands Esprits : rendez-vous en terre (in)connue Idem pour S. Lee Jackson, un magnat de l'informatique, de 50 ans, black, habillé pour un rappeur, avec un cheveux sur la langue, et ça fonctionne ! Les services AlloCiné | A la fois dynamique et maîtrisée, celle-ci voyage avec aisance au milieu d’un déluge d’action superbement chorégraphié, offrant au spectateur une réalisation à la fois esthétique et jouissive (bien que trop peu viscérale). Bref, Kingsman le Cercle d'Or est peut-être décevant si on le compare à son illustre aîné, il reste un film de genre de très bonne facture, à condition de pardonner quelques errements comme une narration moins maîtrisée et pop à quelques moments. Mais parlons déjà de la réalisation signée Matthew Vaughn qui a mit en scène X-men le commencement ou encore Kick Ass donc coté violence et action, il s’y connait. Encore aujourd'hui ce film occupe une grande place dans mon coeur et chaque visionnage me fait littéralement retombé en enfance ! Je trouve sa mise en scène impeccable, très attrayante, c’es fluide et tout coté montage et il y a quelque plan bien placé, a l’ancienne pour coller encore au genre. La B.O donc, magnifiera encore plus les images. De même si la violence est bien mise en scène, elle souffre du même problème que chez Tarantino, elle souligne un côté cool et drôle qui peu la aussi gêner. Une bonne suite fidèle au premier. Si je n'arrive pas vraiment à dire quel est mon réalisateur préféré (les grands hommes de talents ne manquent pas dans le vaste univers du Cinéma à toutes les époques ^^), parmi les réalisateurs de blockbusters Hollywoodiens contemporains, Matthew Vaugnh est pour moi (aux côté de Zack Snyder) clairement l'un des meilleurs du moment ! Arriver à ce niveau de réussite en maniant les codes du genre avec autant de pertinence et d'innovation, est donc pour le public un pur bonheur dont il serait bien dommage de se priver... Matthew Vaughn : Aucun des précédents films dont on m'avait proposé la suite ne m'avaient inspiré. » Il y a bien une règle que le cinéaste Matthew Vaughn a promis de ne jamais enfreindre : écrire et faire une suite à un de ses propres films. Au final, un bon film d'action avec un peu d'espionnage mais qui perd la magie du premier Voilà pour le pitch global. Ça y est, mon année ciné est finie, j'avais vu quelques bons films depuis janvier (The Voices, Birdman), mais j'attendais une vraie claque, comme Her ou The Grand Budapest Hotel en 2014. Pas très fraçais tout ça, mais c'est pas grave ! Javier Cámara, Patricia Tamayo, Juan Pablo Urrego, Avec Une parodie ? Vraiment cool! Certes, j’annonçais que par cette suite, « Kingsman » n’avait pas grand-chose à dire en termes de lecture sociale, mais malgré tout il n’empêche qu’au travers de sa parodie de James Bond, cette suite parvient malgré tout à reprendre ce créneau du premier opus qui consiste à faire une peinture acerbe et absurde du monde dans lequel on vit. Ensuite, pitch de base classique, un peu a la Cody Bank pour ceux qui connais, c’est un jeune qui va être recruté dans une agence d’espion, on va suivre son recrutement et entrainement. Thierry Marcos, Aurélien Chilarski, Emilien Lavaut, Avec J'avais moyennement apprécié Kick Ass ou les Gardiens de la Galaxie car ils faisaient l'erreur de vouloir être sérieux sur la fin. L’AVIS DE NICOLAS. 2836 abonnés On s’attendait tous, je pense à voir une conclusion cliché à base d'amour (pour ne pas spoiler). Matthew l'a parfait intégrer et, est tout à fait conscient de ça, Avec Alors j’en vois déjà venir qui diront sûrement : « pff… Finalement rien de neuf à part des bagarres très nerveuses, beaucoup de violence gratuite et une approche parfois cabotine et sans sérieux de son sujet… » Ils n’auraient pas totalement tort, mais ce n’est regarder là que la surface de l’iceberg. 156 abonnés Arriveront ils à déjouer les plans de ce personnage sociopathe ? Peut-être que… ouais non ce n’est pas non plus une parodie (ce n’est pas ce genre de films). After the Kingsman's headquarters are destroyed and the world is held hostage, an allied spy organisation in the United States is discovered. Et c’est donc tout logiquement que Kingsman est à la fois un chef d’œuvre du cinéma d’action, et une énorme daube bourrée de facilités et d’incohérences scénaristiques monstrueuses… Donc on fait quoi ? Parce que le fait est qu’on ne sait pas vraiment ce qu’est Kingsman. 835 abonnés ABOUT Kingsman 2 : Le Cercle d'or Date de sortie 11 octobre 2017 Genre Action Résumé Malgré des scènes d'action toujours aussi maîtrisées, Kingsman : Le Cercle d'Or peine à faire évoluer la recette qui a fait le succès du premier volet. 40 abonnés C’est au niveau du fond, le film est beaucoup plus contestable, non pas dans son propos mais dans la manière dont sont utilisés les codes du genre. filmée intégralement en plan séquence et accompagnée d'une musique Hard Rock dans laquelle une baston dans une église tourne au massacre. 118 abonnés L'histoire commence en Angleterre. Je sais pas ce que je regardais la première fois que j'ai vu le film mais...ça devait pas être l'écran (xD) ^^. Un film extrêmement violent mais jouissif ! Le film est plus long, moins fluide et moins bien rythmé, fait un gâchis d'utilisation en terme de personnages et se révèle parfois un petit peu brouillant dans sa narration (à trop vouloir en mettre). Le casting est très bon et les interprétations des acteurs sont tous géniaux avec : Colin Firth impeccable, Samuel L. Jackson parfois drôle dans son rôle, le jeune et bon Taron Egerton, Michael Caine juste comme d'habitude dans ses rôles, Mark Strong très bon, Mark Hamill bon et les jolies Sophie Cookson et Samantha Womack. Politique de cookies | 01:45:21. Déja, j'avais adoré "Kick Ass" premier du nom, alors faire la même sur le mythe de l'espion/gentleman/anglais, qu'est-ce que c'est prometteur ! Ce film, c'est 2h10 de pur bonheur, d'action à gogo et d'humour "so british, so cool". La mise en scène est impeccable, parfaitement cadré, avec ce qu'il fallait de trucages. Et c’est en grande partie grâce à la réalisation de Matthew Vaughn. Du coup, une fois de telles conditions réunies, un maître plasticien ne peut que se régaler pour orchestrer ses ballets délirants et jouissifs. Je … Cette hypocrisie se retrouve aussi chez les gens qui "adhèrent" à ses arguments et à sa vision des choses (à l'exception de certain qui ont une morale comme la princesse scandinave), néanmoins ça reste quand même une vision loin d'être idiote, et peut être qu'un jour on pourrait se retrouver dans cette situation. Une dimension quasi biblique/religieuse dans les ambitions démesurées du personnage de R.Valentine dont l'objectif est de purger/soulager l'humanité en les forçant à s'entre-tuer en possédant leur esprit via une carte sim. CINEMA - Kingsman 2 : avec élégance et fulgurance, la première bande-annonce entre dans la danse ... Mais bon c'était il y a un bout de temps, ils ont peut-être changé d'avis depuis. Qu’il est malin le Matthew, parce que, l’air de rien, il n’en est pas à son coup d’essai. Kingsman 1. Après des excellents films tels que Kick-Ass et X-Men : First Class, Vaughn finançait les suites de ces derniers en ne voulant pas les réaliser en raison de respecter sa norme... Rappelons que Kingsman - The Secret Service était un joyau d'action à couper le souffle et d'humour typiquement britannique. 293 abonnés https://www.allocine.fr/film/fichefilm-198771/critiques/spectateurs Un grand moment de cinéma ! Cumulez 1 en donnant votre avis. Étant un grand fan de Matthew Vaughn depuis Layer Cake, j'ai été conquit! Le méchant (looké hip-hop), qui zozote et a peur du sang (! Les cascades sont géniales. Préférences cookies | Les Kingsman seront ils de taille ? D’autant plus suffisante qu’elle est parfois jouissive de régression (notamment au travers de son pastiche « cow-boy » des agents de Statesman) mais aussi savoureuse de clairvoyance (notamment dans sa lecture apportée de l’évolution des rapports entre le Royaume-Uni et les Etats-Unis). Ce mec est bourré de talent et, est un de mes réalisateurs hollywoodien contemporain préféré ("Stardust: le mystère de l'étoile", (2007), fait parti de ces films Fantastiques ayant bercé mon enfance, "Kick Ass" est mon film de Super Héros préféré. Pour tout le sens que cette expression peut avoir…. La violence et le sang vu font plus penser à un "- de 12 ans". Channing Tatum et Jeff Bridges alias les Statesmen. Ne serait-ce que pour cette simple confrontation entre ces deux univers, dans un monde ultraconnecté, boursouflé, au bord de l’implosion et du non-sens, « Kingsman » parvient à mon sens à revigorer un genre qui avait du mal à se débarrasser du spectre des intrigues classiques de la Guerre froide. Un divertissement réussi, qui offre actions et humour et une bonne dose de plaisir. Rien à redire sur les scènes d'action, ça fonctionne parfaitement et demeure un atout indéniable pour ce navire en perdition. Donnez votre avis et cumulez 1. Molly Kunz, Graham Greene (II), Charlie Carrick, Avec Ce n'est pas l'objectif recherché du film, pas aussi sérieux que les "James Bond", mais qui ressemble plus à un univers comme dans "Wanted". (Mais quel casting quand on y réfléchit : Colin Firth, Mark Strong, Michael Caine et cette merveilleuse révélation qu’est Taron Egerton !) le fait qu’il propose un ensemble McDonald à Harry lors de leur repas du soir alors qu’on s’attend à un festin royal, détruire l’espèce humaine qu’il voit comme un virus détruisant la planète à petit feu et sauver un minimum de personne se ralliant à sa cause et à ses ambitions, ou ça dégénère dans l’église quand il active à distance les cartes SIM, dans un petit rôle que vous aurez peut être reconnu. A pedal-to-metal joy ride, Kingsman: The Secret Service scored $414m worldwide, meaning this sequel, Kingsman: The Golden Circle, was inevitable… and is no doubt the first of many. J’avais peur d’être déçue par cette suite mais elle est franchement magistrale. J’avoue que j’avais un peu peur de voir cette suite de « Kingsman » tant je ne voyais pas ce qu’une suite pouvait rajouter à ce que le premier opus avait déjà dit et montré. Concrètement, le premier tiers du film est top selon moi, notamment dans sa séquence d'introduction, qui m'a mis sur le c*l, et qui est une des scènes d'action les plus jouissives que j'ai vu. Avec Lire ses 2 232 critiques, Suivre son activité Le scénario s'inspirant des films d'espionnages (de James Bond à Jason Bourne) est classique mais il possède beaucoup de bonnes idées, des supers références et il est très bien écrit. Quant au méchant, véritable stéréotype du diabolique et dangereux prédateur du monde, Samuel L. Jackson est, on ne peut plus vrai et inquiétant dans son personnage mégalomane, complexe et ambigu, mais surtout très amusant, sans oublier sa coéquipière tranchante, si particulière et toujours au top ! Et bien sûr, on sera heureux de retrouver aussi tous ces combats si parfaitement orchestrés, voire chorégraphiés, où la moindre corde à sauter, pardon le moindre lasso devient un engin électronique très efficace ! Et puis, les personnages sont bien sympas et délirants a suivent. Commence alors un dur entraînement pour Eggsy et les autres jeunes candidats issues de milieux bien différents afin de tenter d'obtenir le privilège de devenir espion d'élite, mais l'entraînement sera de courte durée car dans l'ombre, Richmond Valentine, un dangereux homme d'affaire milliardaire tente de mettre à exécution ses plans excentriques afin de "purger" la planète. Lire ses 582 critiques, Suivre son activité Avis posté le 06.nov. On ne s’ennuie pas une seconde. Le film ne va jamais se prendre au sérieux. Et puis, j'ai vu que c'était Matthew Vaughn qui l'avait réalisé et écrit. C’est à ce moment que tout décolle vraiment, que tout devient extrêmement bien rythmé alors que le duo Egerton/Firth devient franchement irrésistible tant l’humour « so british » fait des ravages et prend son sens en retrouvant l’esprit de l’opus nº1 si réussi ! Fini le temps de l’opposition d’Etats, ce sont les riches qui mènent la danse et font le monde, au mépris des valeurs qui l’avaient édifiées autrefois et surtout, au mépris d’une masse populaire totalement laissée à son propre sort. Très divertissant, Matthew Vaughn, réalisateurs de Kick-Ass, qui est un excellent film, réalise un film soigné ou humour et actions sont a l"appel. Je ne sais pas combien d'opus sont prévus au total mais j'en reprendrais bien un morceau, à condition que ça ne devienne pas une parodie de parodie, et c'est le risque, la surenchère pouvant en effet pourrir instantanément la franchise. Une fois passé le choc du scope anamorphique et de cette courte focale qui déforment constamment l’image (choix surprenant que celui d’avoir les lignes de perspectives constamment en courbe durant TOUS les plans d’intérieurs… Fisheye ?